Dossier Benin Telecom SA: Salifou Issa ‘’Saley’’ désormais l’homme le plus import ant pour Talon

Ensemble faisons vivre la démocratie au Bénin
Dossier Benin Telecom SA: Salifou Issa ‘’Saley’’ désormais l’homme le plus import ant pour Talon

Ignoré, sous-estimé, méprisé et menacé, Salifou Issa ‘’Saley’’ serait en train de devenir l’homme le plus courtisé, louangé, flatté et complimenté. Et pour cause ! Sans Salifou Issa ‘’Saley’’, le dossier de privatisation de Benin Telecom SA ne peut aboutir.

Une multinationale française pressentie pour acheter ladite société, a posé ses conditions au gouvernement béninois. En effet, après avoir apprécié par ses services juridiques le contrat qui lie l’Etat béninois et la société privée Bell Bénin, l’entreprise hexagonale a décelé de nombreuses failles structurelles.

Ne pouvant accepter de reprendre Libercom et investir dans un contexte règlementaire peu fiable, les hommes d’affaires français ont posé des conditions. Ils ont demandé au gouvernement béninois de lever d’abord les goulots d’étranglement qui découlent du dossier ’’Bell Bénin-Etat béninois’’ qui est dans l’impasse.

Face à ces nouvelles exigences de la multinationale française, seul le promoteur de Bell Bénin, le député Salifou Issa, a la recette miracle pour sauver le gouvernement béninois coincé. Ce dernier n’a donc plus le choix que de négocier avec I’élu du peuple. Trouver un terrain d’entente avec l’homme d’affaires béninois est désormais un impératif pour le gouvernement de la ‘’Rupture’’.

Dans cette perspective, plus d’insultes contre le député de la 1ère circonscription électorale. Il n’est plus médiatiquement lynché comme c’est le cas récemment. Il n’est plus présenté comme un ‘’vulgaire trafiquant de compteur de la SBEE’’ ni ‘’un rebelle fiscal’’ comme c’est le cas depuis que le leader de Malanville a contribué à faire échec à la révision de la Constitution du 11 décembre 1990, gâchant ainsi « le mois des réformes » décrété par le ministre de la Justice, Joseph Djogbénou,

A cause du dossier de Bénin Telecom SA , Salifou Issa ‘’Saley’’ ne fait plus l’objet de fatwa de la part de la ‘’Rupture’’. Ce dernier serait en train de tout lui promettre comme le beurre et l’argent du beurre.

Que fera l’élu peuple lui qui connait très bien les cas de Martin Rodriguez et de Sébastien Ajavon qui ont été floués ?
Dossier à Suivre.

Pour Mémoire

Pour comprendre davantage ce qui se joue actuellement, il faut remonter à la décision du gouvernement de révoquer la convention du réseau de téléphonie mobile Bell Bénin. C’était lors du conseil des ministres du 2 aout 2017.
Cette décision n’était que la conséquence directe de la non docilité politique de l’élu du peuple à l’égard du gouvernement Talon. En effet, il faut rappeler le rôle décisif joué par Salifou Issa pour faire échec à la révision de la Constitution du 11 décembre 1990.
Mais le gouvernement de Patrice Talon derrière des manœuvres subreptices a su intelligemment présenter des arguments pour enfoncer le promoteur du réseau de télécommunication Bell Bénin : « non-respect des obligations du réseau vis-à-vis de l’Etat, qui s’est traduit par son incapacité à solder la contrepartie financière de sa licence évaluée à 6 milliards de FCFA et les redevances dues au titre de cette licence qui s’élève à plus de douze milliards (12.089.012.237 FCFA plus précisément), autres dettes au niveau des structures étatiques s’élevant à plus de 9 milliards et aux opérateurs privés de télécommunications évaluées à 2.861.644.076 de nos francs. Il resterait en outre devoir au fisc une somme de 491.845.562 FCFA ». Voir relevé du conseil des ministres du 02 août 2017.

Au-delà de cette analyse tronquée par le vernis politique, il faut souligner que depuis octobre 2016 les différentes phases de la cession de 90% des actions de Bell Benin Communications SA ont été bouclées par un acte enregistré par l’étude de Me Massihou A. Biléoma au greffe de Cotonou le 27 octobre 2016. En clair, Bell Bénin avait déjà une nouvelle tutelle, celle des opérateurs nigérians comme Global Tecomnet Limited et Diamond Bank.

En dépit de ce nouveau statut, le gouvernement a foncé droit dans le mur. Dos au mur du fait des exigences des hommes d’affaires français, il tente de revenir à de meilleurs sentiments en faisant une cour assidue à Salifou Issa ‘’Saley’’.

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=581680008861559&id=258166277879602

L’information en continu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *