Grognes et murmures au sein de la grande muette

Ensemble faisons vivre la démocratie au Bénin
Grognes et murmures au sein de la grande muette

Pourquoi vouloir déposséder à tout prix la DSIA de ses attributions ?

(La main invisible d’un colonel du Cabinet Militaire de la présidence derrière les manœuvres)

Logique Frustration du Col Guinyo

Bruits de bottes au sein des Forces armées béninoises. Perçue de près comme l’une des administrations les plus vertueuses de la République, la grande muette perd progressivement son audience et sa notoriété auprès des populations. A la base de cet environnement malsain et délétère, les crocs-en-jambes et autres manœuvres dolosives visant à nuire aux responsables d’un même corps professionnel. Une crise de confiance généralisée à laquelle il faut mettre urgemment fin. Et on doit s’inquiéter davantage lorsque c’est les hommes en uniforme qui manifestent des sentiments de haine, de jalousie et de mépris envers leurs semblables ; même s’il est admis qu’au sein de toutes les communautés humaines, le phénomène est à déplorer. Là-dessus, ce qui se passe actuellement à la Direction des Services des Intendances de l’Armée (DSIA) a bien des raisons d’inciter à la méditation. Plus question de rappeler ici le rôle de cette structure des Forces Armées Béninoises en ce qui concerne la gestion de nos vaillants hommes en uniforme. Tout ce qui a trait à la gestion matérielle et financière des FAB relève de la responsabilité de la DSIA qui, depuis bien des années, s’y met. Tenter d’œuvrer à la disparition de cette structure pourrait bien cacher des intentions sordides. Au nom de quoi certains gradés militent à ce que les attributions de la DSIA leur soient dépossédées ? Il y a sans doute des machinations en cours pour rendre davantage difficiles les conditions de vie et de Travail de ceux qui veillent sur la sécurité des personnes et des biens. Le seul fait de vouloir centraliser tous les pouvoirs dans les mains d’un cadre superpuissant est un précédent dangereux pour la paix et la cohésion au sein des FAB. Ne pas le reconnaître, c’est tout simplement méconnaître certaines réalités sociologiques du Bénin et par conséquent de nos administrations publiques. Et d’après nos investigations, c’est un colonel du Cabinet Militaire bien connu qui se livre à ces manigances. Actuellement, ça grogne et murmure dangereusement au sein des FAB, du fait des agissements du colonel en question qui a engagé une vaste campagne de démobilisation du personnel de la DSIA. Pour lui, plus besoin que cette structure figure encore dans le diagramme de la hiérarchie décisionnelle de la grande muette. Diabolisation, faux procès, intrigues, mensonges, etc, tous les moyens sont donc mobilisés pour rendre la vie dure aux responsables actuels de la DSIA. On se souvient encore, comme si c’était hier, de l’affaire des 1331 supposés faux militaires publiée par le Cabinet militaire de la Présidence et qui avait défrayé la chronique. La sortie médiatique du Général Amoussou à l’époque avait suscité des réactions épidermiques. Une première, le Bénin était contraint de révéler l’effectif de son armée, ce qui ne devrait pas être le cas. Il avait fallu des explications officielles venant d’un cadre indiqué pour que le citoyen lambda puisse se faire une idée globale du dossier. Depuis lors, les manœuvres ont commencé. S’il est vrai que le nom scientifique de l’Armée béninoise s’appelle la Grande muette, comme dans tout autre pays, elle n’est pas cependant un couvent où on pourrait dissimuler des actes et comportements attentatoires à la démocratie et l’état de droit. Et ceux qui mijotent des plans dans le but de voir la DSIA priver de ses attributions doivent méditer dessus. Nous y reviendrons !

Source: Journal ” La Relève “

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *